La confiance en soi est un vaste sujet, toujours réactualisé car il évolue et se transforme continuellement au gré des évolutions de l’homme et des sociétés. La confiance en soi c’est aussi un sentiment, c’est à dire une perception positive d’un vécu intérieur qui va se manifester de manière physiologique : la poitrine est bien ouverte, le coeur bat calmement, le mental n’est pas agité mais contenu. A ce sentiment peuvent se mêler d’autres sentiments comme la fierté, l’amour ou parfois des sentiments paradoxaux comme le doute et la crainte. Il y a donc plusieurs niveaux de confiance en soi, et telle une jarre dont le contenant s’accroît au fil de sa longévité, le contenu lui se remplit au fur et à mesure du vécu des expériences positives de vie. La confiance en soi a donc deux caractéristiques, internes et externes. Selon les profils, certaines personnes ont confiance en elle dans leur vécu intérieur, dans leur capacité à s’écouter et à interpréter leurs ressentis, à construire leurs idées. Tandis que pour d’autres, ce sentiment sera relié à la capacité d’interagir avec le monde extérieur et à construire des projets concrets. La confiance en soi est donc une notion subjective et très nuancée dans le champs de l’expérience de tout un chacun pouvant aller de la simple présence à l’autre jusqu’à l’acte héroïque. Mais autant la confiance en soi peut s’acquérir, autant elle peut se perdre dans les expériences d’échec ou de perte… Perte d’un bien matériel, perte d’un être cher ou perte d’un rêve… Il est ainsi tout à fait naturel de perdre confiance en soi après avoir vécu un événement traumatique et même s’il y a toujours l’espoir de la retrouver, nous n’échappons pas au vécu des émotions négatives (tristesse, honte, colère, désespoir…).

La mémoire de l’expérience.

La trame de la confiance en soi se caractérise par un tissage d’expériences depuis l’idée de notre conception. L’investissement de nos parents pouvant se définir par le niveau de désir de notre présence dans ce monde, la qualité émotionnelle et relationnelle du couple et le lien affectif au futur bébé. La qualité des aliments a elle aussi sa place et va fonder la structure de cette trame de la personnalité de l’enfant. L’accouchement est en soi une expérience fondamentale du passage d’une vie intérieure à une vie extérieure où la capacité à s’adapter à ce nouveau monde est déterminante. Capacité qui sera influencée tout au long de sa vie par notre propre tempérament, notre relation à nous-même mais également par l’environnement relationnel dans lequel nous évoluons. Ainsi, le mouvement initié par soi peut être encouragé, soutenu et élevé par nos parents ou à l’inverse condamné, rejeté voire détruit… Dans ce dernier cas, un travail thérapeutique s’avère salutaire pour toute personne qui ignore son potentiel. Il s’agira de prendre conscience des blessures de son enfance, de «sortir» du carcan modelé par nos instructeurs (parents, institutions, etc.) et de se révéler d’abord à soi, puis au monde.

L’approche thérapeutique du sophrologue.

Selon la qualité de sa formation mais également de ses propres compétences personnelles, le sophrologue est, comme nombre de praticiens, un thérapeute à votre écoute. Lors de votre séance, je vous écoute de manière inconditionnelle sur vos préoccupations les plus intimes et ce sans jugement, toujours dans la bienveillance. Je vous aide alors à creuser sur les situations bloquantes que vous pouvez rencontrer dans votre vie à ce jour afin d’en découvrir le vécu intérieur et d’en exprimer les sentiments liés. L’empathie du thérapeute vous aidera à ouvrir votre cœur dans un espace sécurisé dans lequel vous pourrez enfin vous sentir enfin compris(e). Une fois libéré(e) du poids émotionnel et mental de votre peine, de votre colère, de votre frustration ou de tout autre sentiment négatif, nous pouvons passer à l’étape des résolutions. En partant à la découverte de vos propres ressources intérieures, en l’occurrence la confiance en soi, la conquérir vous permettra de transformer votre expérience d’échec, en réussite. En sophrologie, la confiance en soi est rattachée à 2 autres capacités que sont l’espoir et l’harmonie (l’équilibre); elles forment à elles 3 une sorte de protection face au vécu douloureux permettant à chaque individu de poursuivre sereinement son chemin de vie.

Les techniques de relaxation.

Tout d’abord, il est nécessaire d’évacuer la douleur en soi, nous l’avons vu grâce à la libération de la parole mais également à l’aide de plusieurs outils de relaxation.

La pratique de la respiration par exemple va vous permettre de «ne plus subir» mais de vous «ouvrir» de nouveau. Physiologiquement, vous augmentez votre capacité respiratoire en vous dégageant des tensions musculaires accumulées dans votre cage thoracique. Il vous semble alors plus simple de respirer et le volume d’air inspiré va éliminer les toxines générées par les émotions négatives et la basse estime de soi que l’on peut ressentir pendant ces périodes de crise et des pensées négatives que l’on produit liées à un esprit devenu critique, jaloux et méprisant. Ensuite la pratique de la relaxation va vous permettre de mieux ressentir votre corps en réduisant le bruit du mental et ainsi mieux percevoir les sensations physiques de votre corps. Tout naturellement, votre cerveau sera en mesure de réguler les dysfonctionnements internes liés au stress post-traumatique.

Dans une prochaine phase, nous apprenons à renforcer le mental pour maintenir notre capacité de concentration nous évitant alors de nous éparpiller. Une meilleure maîtrise des pensées se développe et donc une meilleure maîtrise de son corps. C’est là une des clés du rétablissement de la confiance en soi, c’est un peu comme si vous repreniez le contrôle de votre vie intérieure, de votre véhicule qui subit moins l’influence de son environnement. Vous retrouvez progressivement votre stabilité.

Enfin, nous laisserons émerger les capacités naturelles de votre corps qui n’ont pas pu être exploité à ce jour et qui vous aiderons à atteindre vos objectifs simples ou complexes. Visualiser un avenir plus positif est la technique de base pour se voir dépasser une situation anxiogène ou qui vous paralyse. Associée à des gestes dynamiques pour relancer «un mouvement», votre corps se remet en marche et vous avancez de nouveau, à votre rythme jusqu’à retrouver un niveau de confiance équilibré.

Vous l’avez compris, la sophrologie consiste à se reconnecter à son corps et à son esprit afin de rétablir l’équilibre intérieur grâce à différentes techniques comme la respiration, la relaxation (passive ou dynamique) et la visualisation positive. Avoir confiance en soi, c’est avoir le courage d’affronter la vérité douloureuse du vécu traumatisant en libérant la parole d’une part mais également en se laissant traversé par les émotions liées. Une fois la blessure psychique désinfectée, la réactivation des capacités d’espoir, d’harmonie et de confiance en soi vous donne accès à des bases solides pour pouvoir vous ouvrir en toute sécurité à d’autres projets.

Je suis sophrologue et relaxologue diplômé d’État. Je reçois dans mes cabinets à Igny, Paris 15 ou Issy-les-Moulineaux. J’interviens à domicile et en entreprise. N’hésitez pas à me contacter par e-mail ou bien à prendre directement rendez-vous sur le site Doctolib.fr

À très bientôt,
Sphl. Thierry Régnier

Share This